Dans les médias:
Plus facile d’accéder aux poteaux

Chaque année au Québec, Bell reçoit quelque 100 000 d’accès à ses poteaux, pour l’accès internet haute vitesse. Des compétiteurs comme Vidéotron et Cogeco ou des organismes à but non lucratif parfois mis sur pied par des villes ou des municipalités régionales de comté (MRC) en région sont à l’origine de ces demandes. Environ 90 % de ces demandes sont autorisées en moins de 55 jours, soit le délai prescrit par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes. 6 % sont refusées et 4 % nécessitent des travaux sur les poteaux.

Ce sont ces 4 % qui posent problème.

Lire l'article dans LaPresse